Jeunes sages & vieux cons ?

Alors que notre population traverse une mutation démographique sans précédent concernant la répartition de la population en âge, les politiques, à l’instar de Macron ou Wauquiez, ne cessent d’opposer les vieux aux jeunes dans leurs propos comme dans leurs actes. Si l’on essaye d’éclairer un peu les conséquences plausibles d’un tel positionnement, j’y vois une sinistre idée et un danger colossal pour la paix sociale dans le futur, j’y vois aussi une nécessité absolue d’un éveil des consciences chez les nouveaux retraités.

Un exemple récent que je trouve flagrant a été sur les économies “nécessaires” à faire sur le système social. Le gouvernement Macron a voulu retirer 5 € d’APL aux jeunes en leur disant qu’il fallait faire des économies pour financer les retraites et en même temps, il a pratiqué une hausse de la CSG en affirmant qu’elle était nécessaire pour maintenir la sécurité sociale des actifs. En gros, il affaiblit un peu plus des populations déjà fragiles, tout en les opposant, uniquement pour ne pas relever les prélèvements des gros groupes du CAC 40 qui sont plus que bénéficiaires. Logique court-termiste, mais très dangereuse pour l’avenir.

Un problème lié à la démographie

Symptomatique de la génération baby-boomer, la population vieillie et pas qu’un peu ! D’après l’INSEE, en 2017, nous somme passé en dessous de 2 cotisants par retraité et d’après les projections, l’immigration ne suffira pas à combler ce manque d’actifs creusé par la baisse de l’ICF. En effet, l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) s’établit à présent à 1,88 enfant par femme. Il était de 1,92 en 2016 et de 2,00 en 2014. Le système de retraite en est du coup gravement mis à mal et induit des mutations économiques.
De l’aveu même de Jacques Attali, l’évolution du niveau de l’inflation en France est liée à la tranche d’âge majoritaire. L’inflation (prêts faciles et prix élevés) a été pratiquée massivement lorsque la génération baby-boom était jeune, car avantageuse pour elle qui était majoritaire à l’époque. Aujourd’hui, afin de maintenir les avantages de cette génération toujours majoritaire, on se retrouve avec une configuration économique où c’est sésormais la déflation (prêts difficiles et prix bas) qui est pratiquée afin de maintenir les niveaux de vie des baby-boomers.

Certains s’étonnent encore que la génération Y commence à ne plus croire au système des retraites….

Pour rester sur la question démographique, on constate aussi une accélération de la concentration de la génération Y (1978-1994) sur les capitales régionales, ceci s’explique en partie, je pense, par les études secondaires qui ont lieu dans ces grandes villes ainsi qu’une désaffection grandissante pour le permis de conduire chez cette génération.
D’après une enquête OpinionWay de 2017, en quatre ans, le taux de jeunes de 18 à 20 ans titulaires du permis de conduire est passé de près de 75 % à moins de 40 %.
Toujours d’après l’INSEE, si l’on regarde la projection des moins de 25 ans à l’horizon 2040, le phénomène va s’accentuer, les moins de 25 ans seront concentrés dans 4 zones situées autour de Paris, Lyon, Lille et Nantes. Les retraités eux, préféreront les villes de tailles moyennes, plus dans leur budget et pouvant leur fournir un accès aux commodités et soins. À mon sens, cette disparité risque de creuser une sorte de communautarisme lié à l’âge qui n’aidera pas le dialogue intergénérationnel. Quand on voit l’état actuel des EHPAD ça sent le sapin!

Pour citer une phrase d’Emmanuel Todd, bien que je ne sois pas d’accord avec sa solution, le constat est partagé : “La société française est sous la coupe des vieux et des banques. Non seulement pour les richesses, mais pour le pouvoir surtout : le suffrage universel devient un mode d’oppression des jeunes par les vieux, qui décident d’un avenir qu’ils n’auront pas à habiter.”

N’oublions pas que l’abstention est le premier parti des 18-25 ans !

Un fossé qui se creuse aussi dans le monde du travail

Les jeunes fraîchement arrivés sur le marché du travail, ont conscience d’arriver sur un marché saturé, ils savent qu’ils ne bénéficieront jamais – même surqualifiés – des mêmes avantages financiers que leurs aînés. En découle notamment une accession au logement toujours plus difficile pour cette génération Y.
Mais ils ne se plaignent pas, formatés par l’ère d’internet, ces jeunes s’adaptent, et usent de stratégies innovantes, parfois déroutantes pour leurs aînés.
La génération Y ne veut pas que la notion de travail (rémunérateur) soit l’élément dirigeant de sa vie, elle préfère l’économie de partage à l’économie de possession et adopte une mobilité légère (transport en commun, covoiturage, …).
Cette génération prenant conscience qu’elle n’est pas obligée de consommer comme son aînée a pu le faire, cherche à privilégier le temps libre plutôt qu’une augmentation des revenus. C’est à se demander si inconsciemment elle ne cherche pas à faire un pied de nez aux “travailler plus pour gagner plus” fallacieux de Sarkozy.
Elle a aussi intégré le fait que le travail humain est remplacé massivement par le travail machine, contrairement aux générations précédentes qui luttent sans cesse contre cet état de fait. Ce qui explique sûrement la popularité du revenu universel chez les jeunes qui y voient une logique dans la taxation des revenus produits par les machines.
Les politiques libéraux actuellement au pouvoir font l’autruche sur cette réalité pourtant mise en exergue par toutes les études récentes sur cette tranche d’âge de la population. S’ils augmentent les cotisations & taxes ce n’est pas pour préserver le modèle de la retraite, mais pour augmenter les bénéfices du capital à court terme tout en disant aux petits vieux de bien dormir, car leur système est sauvé.
Mais ce n’est pas le cas, c’est un mensonge ! Si les jeunes génèrent moins de flux économiques conventionnels, cotisent moins pour la retraite et que le ratio actifs/retraité baisse, il n’y aura plus de retraite !

Un éveil écologique chez les jeunes

S’il est avéré que le jeune est actuellement moins écologique par son empreinte environnementale, il s’active ! Ils sont nés dans une société de l’ultra consommation, ayant baigné là-dedans, les vieilles habitudes inculquées par les parents ne changent pas du jour au lendemain. Les jeunes ayant notamment délaissé la possession au profit des voyages, ils ont fait exploser leur bilan carbone sur ces 10 dernières années, ceci serait imputé en grosse partie à la baisse des prix des vols qui sont catastrophiques au niveau carbone. De plus, leur dépendance aux nouvelles technologies aggrave leur impact écologique. Mais les multiples initiatives sur le net, faites par des jeunes pour les jeunes, les alertant, on constate des changements significatifs de comportement ces dernières années.
L’étude BrandWatch effectuée entre le 1er janvier et le 28 février 2018 sur les réseaux sociaux montre que les millenials et surtout les femmes ont été très sensibles aux alertes de L214 relayés massivement par les youtubers. Cette étude note aussi une disparité entre les réseaux sociaux, en effet, on parle plus de ces sujets sur Instagram, fréquenté par les plus jeunes, que sur Facebook qui est en train de voir les jeunes déserter ce réseau social.
En 2016, Terra eco estimait que 3 % des Français étaient végétarien ou végans, ce chiffre passe à 5% selon un sondage mené en 2017 par Harris Interactive.
On pourrait aussi parler de leur implication locale grandissante sur les questions écologiques, de l’explosion des sports de pleine nature, du retour au jardin…
Afin de nuancer, il faut parler de la stagnation des engagements des jeunes dans le milieu associatif écologique. C’est un fait, mais contrairement à ce qui est dit un peu partout par les vieux tocards habitués des médias mainstream, je ne pense pas que ça montre un désengagement des jeunes pour la cause. Cela montre juste que les jeunes ne croient plus au fonctionnement des institutions centralisées, qu’ils préfèrent des formes d’engagements plus transversaux et plus éphémères, en accords avec la société dans laquelle ils vivent.

Quelles conclusions ?

Il me semble insensé et malsain de faire peser tout le poids de la mutation écologique sur le dos des plus jeunes alors qu’ils n’ont rien demandé, ce sont les générations précédentes qui ont mis la planète dans cet état. Je pense que les nouveaux retraités vont devoir s’activer et s’impliquer activement dans cette mutation sociétale nécessaire. S’ils loupent ce virage, leur retraite risque de devenir sacrément inconfortable. Afin d’arriver à négocier ce virage, je pense qu’il est fondamental que les plus de 55 ans s’intéressent de très près à ce qui se passe sur Internet et ce que font les jeunes.

Et quand je dis Internet, je ne dis pas Facebook, ce n’est pas que ça le net !

Fort de ces constats, je pense que le débat sociétal actuel PMA/GPA est inutile et nuisible. En effet, si l’on regarde comment est tourné le débat, on se rend compte que l’objectif principal est juste de permettre aux plus riches de gagner en confort sur la grossesse en asservissant les femmes modestes moyennant quelques euros, c’est lamentable ! Par contre, je pense qu’un débat devrait être mis sur la table très vite, c’est la question de l’euthanasie et de l’aide au suicide. Je pense que la population est prête et que les notions de surpopulation ne sont pas encore trop prégnantes pour ne pas biaiser le débat. Si l’on attend trop, j’ai peur que le débat tourne court et qu’encore une fois la France perde en humanisme.

Vous l’aurait compris, je ne pense pas que mes aînés soient des vieux cons. Mais s’ils préfèrent se lobotomiser le cerveau à coup de Jean-Pierre Pernaut ou “Plus belle la vie” alors qu’en réalité, ils ont du temps libre pour considérer leur avenir et le prendre en main, ils risquent de le devenir sacrément.

Il faut arrêter d’espérer l’arrivée d’un homme politique providentiel, s’impliquer activement dans les luttes sociales et recréer du lien entre les individus si l’on veut arriver à franchir les difficultés qui se présentent à nous.

Je souhaite juste mettre en lumière le fait que les jeunes ont intégré à leur manière la nécessité écologique et qu’il est malsain que les baby-boomers fassent trop souvent la leçon aux jeunes en leur disant que c’est à eux de s’en occuper. On doit s’en occuper !

Quelques sources :

https://www.letemps.ch/societe/generation-ne-voulait-plus-posseder
https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/population/
http://www.lefigaro.fr/vie-bureau/2015/12/17/09008-20151217ARTFIG00183-jeunes-et-vieux-ne-font-pas-si-bon-menage-en-entreprise.php
https://www.letemps.ch/opinions/fractures-generations-vraiment
http://www.oree.org/_script/ntsp-document-file_download.php?document_id=1233&document_file_id=1238 (Ipsos Observatoire du bilan carbone des ménages)
http://harris-interactive.fr/wp-content/uploads/sites/6/2017/02/Rapport-Alimentation-HI-SITE.pdf?utm_source=Association+L214&utm_campaign=6695331456-EMAIL_CAMPAIGN_2017_09_28&utm_medium=email&utm_term=0_2859894380-6695331456-195262545
http://www.terraeco.net/Decouvrez-le-nouveau-Terra-eco,64585.html

2 réponses sur “Jeunes sages & vieux cons ?”

  1. Magnifique brainstorming post cuite et qq ?? En passant : *taxer le CAC40 oui mais non tant qu’il n’y a pas d’unification des politiques fiscales. *Inflation : c surtout un magnifique moyen d’effacer les dettes
    Après no souci..nos jeunes seront vieux bien assez vite????????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *