Politique de Macron où va t’on ?

Il y a maintenant une vingtaine de jours, Macron enchaînait les visites d’entreprises avec de grosses annonces d’investissements en millions devant les caméras. Je trouvais cela plutôt étonnant pendant une soit disant “itinérance mémorielle” censée nous rappeler les tragédies de la guerre. S’en est suivie la crise des gilets jaunes, mais comment se sortir de cette impasse ?

Résultats économiques peu probants

En se penchant sur les derniers chiffres de la Banque de France, de l’INSEE et de la Commission européenne cette opération médiatique de début novembre ressemble de plus en plus à ce que l’on appelle en communication un contre-feu. L’idée, c’est de parler d’un sujet pour en éviter un autre. Entre l’arrestation de Carlos Ghosn (visite Renault 8 nov. 2018)  et le démenti du PDG de Cevital qui conditionne 150 millions d’investissements si l’état en met autant sur la table, même ce contre-feu  ressemble de plus en plus à un pétard mouillé.

Hélas, au moment de la promenade de Jupiter, peu de médias ont réellement opposés des chiffres aux annonces présidentielles. Dans l’inconscient des classes supérieures s’est alors inscrit un message qu’il fallait rester sage et faire le mouton, car l’économie allait aller mieux si les investissements augmentent.

En réalité, la fraude fiscale monte en flèche, les cadeaux fiscaux au plus aisés aussi, alors que l’économie ne va pas mieux, que cet argent pourrait servir à la France pour investir dans la transition écologique. Oui, l’ISF n’est pas un impôt très efficace, mais était-ce l’urgence de le réduire ainsi en priorité ? N’y avait-il pas d’autres choses à faire avant cela afin de ne pas aggraver ce ressentit de président des riches ? Si l’objectif était réellement de permettre d’injecter cet argent dans l’économie française, pourquoi ne pas avoir développé un mécanisme visant à s’assurer de cela, que cet argent puisse repartir dans l’économie réelle des TPE/PME à qui les banques ne prêtent plus ?

À lire pour comprendre mes propos

Aux mauvaises langues qui vont me sortir que le président est au pouvoir que depuis un an et demi, je rappelle qu’il a fortement influencé la politique économique d’Hollande en tant que secrétaire général adjoint puis ministre de l’Économie.

Une cohésion sociale en perdition

Macron vendait du rêve avec une volonté affichée de faire de la politique autrement. Initialement, sa campagne fut marquée par l’horizontalité. Souvenez-vous des unes des grands journaux pendant la campagne qui martelaient qu’il était question d’un projet partant du bas, construit au plus près des Français, grâce à des consultations, des questionnaires, … Ces enquêtes passées à la moulinette de la datascience qui devaient accoucher d’un programme le plus fin possible. Alors bien sûr certaines analyses ont mis en lumière le souhait de Macron de continuer dans la verticalité de ses prédécesseurs, mais les communicants ont bien fait leur travail et des millions de Français se sont fait berner.

On le voit bien avec le mouvement des gilets jaunes, l’un des principaux reproches sur la politique de Macron, autant que celle de ses prédécesseurs, concerne le manque de consultation des Français et la non prise en compte des retours lorsqu’il y a eu consultation. Chez certains de nos voisins, plusieurs referendums sont organisés chaque année, pourquoi ne pas avoir expérimenté cela en France ?

À cela s’ajoute un dépeçage totalement incompréhensible de l’état français des entreprises nécessaires et/ou rentables (SNCF, Aéroports, FDJ,…) additionné d’une augmentation de la précarité chez les plus démunis (CSG, APL, TICPE,…).

Enfin, histoire de bien finir de mettre le feu aux poudres, une arrogance absolue envers “le bas peuple” avec des petites piques égrainées dans chacun de ses discours, arrogance confirmée dans l’affaire Benalla. On le voit bien, son «Qu’ils viennent me chercher !» est devenu un leitmotiv des manifestations des gilets jaunes.
Tellement arrogant que j’en arrive à douter de l’identité des premiers casseurs durant les manifestations de ses dernières semaines. Pourquoi ? Car je repense à certaines vidéos sur le net, où l’on voit des flics déguisés en casseurs, relayée par la Voix du Nord.

Car je repense aussi à la récente affaire Benalla. Car je repense enfin, à l’histoire que j’avais lue de la manif de la sidérurgie de mars 1979, où le service d’ordre de la CGT avait arrêté un casseur qui avait sa carte de police et son arme de service sur lui. Les agents manipulateurs, c’est une pratique qui a toujours existé de tout temps pour orienter l’opinion public.

https://www.lemonde.fr/archives/article/1979/03/26/un-casseur-pretendu-autonome-etait-en-fait-un-gardien-de-la-paix-accuse-la-c-g-t_2768208_1819218.html

Et demain?

Il n’est pas certain qu’avec l’annonce de moratoires d’Édouard Philippe, les choses s’améliorent, surtout lorsqu’il fait du chantage à l’emploi public en évoquant les pertes fiscales liées au mouvement, c’est vécu comme une provocation de plus pour les gilets jaunes.

Très difficile d’entrevoir comment cette crise va se finir. Si Macron renonce et fait machine arrière, c’est la fin du macronisme, après moins de 2 ans au pouvoir. S’il persiste et continue dans la foulée, il est possible que les incendies se multiplient samedi prochain. Enfin, la dernière solution, le dialogue, mais encore faudrait-il pour cela que ses petits soldats comprennent qu’ils doivent dialoguer et non chercher à défendre à tout prix cette politique en échec.

Je crains que notre président n’ait pas l’habitude qu’on lui résiste, ce qui risque d’augmenter la radicalisation des deux côtés. À mon avis, la meilleure chose qui pourrait arriver pour la France, c’est une mobilisation générale pendant au moins une journée, car il est clair que jusqu’à présent sa stratégie est le pourrissement de la situation pour désolidariser les Français du mouvement.


À lire aussi

2 réponses sur “Politique de Macron où va t’on ?”

  1. Ou va t’on ?? Difficile à prédire :*à court terme dialogue referendum sur des revendications précises et se protéger des anges de l’apocalypse, *à moyen terme essayer de faire le moins mal possible pour aller vers le moins pire des futurs et pourquoi pas profiter de tout ce remue ménage et de ce futur referendum pour en faire un remue meninge et valider des choix de société. Belle opportunité !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *