Dans ce monde où rien ne va plus !

De l’économie à la planète, plus rien ne tourne rond. Après cette rentrée 2019, il est possible de faire un point étape et de regarder un peu où nous en sommes sur ces deux thèmes.

Alors bien sûr, je ne suis pas devin, cependant, en s’appuyant sur l’histoire passée et les paramètres actuels, il est possible d’imaginer un futur probable et ses conséquences.

L’économie vers une banqueroute certaine

Déjà abordées ici, les leçons de la crise de 2008 n’ont pas été retenues, alors que nous avions le temps pour instaurer des contre-mesures, nos politiques ont préféré faciliter la vie à leurs copains. Résultat, les économistes arrivent en ce moment sur un consensus, le prochain krach est pour bientôt, très bientôt, une affaire de semaine s ou de mois avant que ça nous explose à la figure. Les premiers qui alertaient, souvent anti-libéraux, vont même plus loin en affirmant que du fait que la crise de 2008 n’ait pas été réglée, on devrait se retrouver dans une situation économique semblable à la crise de 1929.

Pour rappel, le 24 octobre 1929, après dix ans d’euphorie sur les marchés, Wall Street – la Bourse de New York – devient l’épicentre d’un krach jamais vu, à tel point qu’il sera nommé par la suite le « jeudi noir », afin de refléter l’importance du choc.

Pourquoi les politiques n’ont rien fait ?

La majorité des politiques en poste a cédé aux sirènes néo-libérales ces dernières années, deux raisons peuvent expliquer ce choix absurde.
Le premier cas de figure, c’est le politique trop centré sur sa réélection, celui qui, par manque d’intellect, débordé par son ego, use de clientélisme et préfère passer son week-end à serrer des pinces plutôt qu’à essayer de travailler sérieusement sur le sujet.
Parfois, ce politique est suffisamment informé pour savoir qu’il y a danger, mais n’agit pas. Car il n’a pas de couille ! Pourquoi risquer de se mettre son groupe politique à dos et risquer de ne pas être réélu avec des sujets aussi pessimistes ?
Le second cas, est pire, et j’y reviendrai, car ce sont eux qui pour le moment dessinent notre futur proche. Ceux-là sont très au courant de la situation, ceux-là savent que ça va péter et connaissent assez finement le système économique et ses failles. Pourquoi ne font-ils rien ? Car tout simplement, ils ont parié sur le krach et l’attendent de pied ferme pour passer à l’action. Pour ces requins, une crise est le moment idéal pour faire du fric sur le dos des citoyens tout en faisant passer des lois liberticides et anti-démocratiques. Tant pis si mamie perd ses économies. La crise, ils n’en font pas des cauchemars, ils en rêvent ! On prend les paris que dans quelques semaines ces voleurs vont nous parler de privatiser le peu qui reste encore de services publics pour résorber “la dette” ?

Que faire ?

Pour commencer, évitez d’investir en ce moment sur les marchés et sortez vous le plus vite possible des banques systémiques françaises (BNP, Caisse d’épargne, Crédit Agricole et la Société Générale). Très probablement, ce sont celles-ci qui tomberont les premières. Quoi qu’il en soit ne gardez pas trop d’argent en banque, le dernier stress test de la BCE nous dit qu’en moins de 6 mois de crise la moitié des banques européennes va tomber. Et ce stress test était plutôt complaisant avec les banques européennes, le ratio de levier (rapport entre le total des actifs et les fonds propres) était fixé à 3 % alors que la FED, elle, impose un ratio de 4 %​1​.​​ Et ne comptez pas sur le fond de garantis des dépôts censé vous protéger à hauteur de 100 000 € en cas de défaillance des banques, les réserves de ce fond étaient d’environ 3,4 milliards d’euros en 2016​​2​ pour la France. Si une banque comme le Crédit Agricole venait à tomber par exemple, ce fond couvrirait seulement 141 € sur les 100 000 € censés être garantis.

Garder un peu de monnaie à la maison, ça pourra servir le jour où ça pétera et que nos cartes de crédits seront inutilisables. D’ailleurs, s’il existe une monnaie locale par chez vous, il est probable que celle-ci résiste mieux à la crise, n’hésitez pas à laisser quelques œufs dans ce panier. Du fait que la crise économique risque de se conjuguer avec la crise écologique actuelle, il est probable que nous traversions des périodes de difficultés d’approvisionnement concernant les produits de première nécessité, investissez dans l’autonomie. Avec peu de moyens, on peut toujours mettre de côté quelques semaines de nourritures en conserve qui dépanneront très certainement le moment venu. Pour ceux qui ont la chance d’avoir un peu de terrain, si ce n’est pas déjà fait, lancez-vous dans le jardinage et commencez à préparer le printemps 2020 (enrichir la terre, achat de matériel et de semences, …). Pour les plus fortunés, investir dans les énergies alternatives par exemple ne semble pas déraisonnable, vu que le coût des énergies risque de flamber. Si vous n’avez pas d’idée, partagez cet argent avec vos proches, mieux vaut en profiter ensemble que de le regarder fondre sur votre compte en banque.

Que faire en dehors de la question pécuniaire ? Agir !

Je vous le disais plus haut, cette crise est désirée par les salauds qui veulent éradiquer les quelques restes de services publics. Juste après le krach, ils vont nous dire qu’il faut aider les banques à se recapitaliser, que nous devons une nouvelle fois donner des milliards aux banques afin qu’elles ne coulent pas, nos maigres économies avec. Et ils vont le faire en notre nom, l’état français fera de gros chèques sur notre dos. Puis viendra la seconde étape, les organismes de notation vont dégrader les notes de la France, comme pour la Grèce et d’autres pays. On va alors nous expliquer qu’il faut trouver de l’argent frais afin de limiter la casse et que cet argent, ils vont le trouver en liquidant les restes de services publics(Hôpitaux, Forêts​3​, Routes encore gratuites​4​, Écoles,…).

Il est impératif de refuser ça, ce que nous traversons est tout simplement du vol en bande organisée. A ce moment là, il faudra aller chercher par le col les banquiers et politiques responsables de la situation et exiger une nationalisation des banques en faillite. C’est notre argent qui est injecté dans celles-ci, elles doivent donc nous appartenir, pas aux actionnaires qui ont préféré se gaver sans rien régler. Équipez vous d’affaires chaudes, il va falloir être présent massivement dans les rues cet hiver!

Une crise écologique sans précédent

Comme toujours, les derniers rapports du GIEC sont encore plus inquiétants que les précédents. Il est à noter d’ailleurs que les jeux de données des scénarios les plus pessimistes du premier rapport correspondent à quelque chose près maintenant au scénario le plus optimiste actuel. Et encore une fois, les politiques ne font rien, pire ils ne reviennent même pas sur leurs propos et foncent tête baissée. Pourtant ceux-ci ont tout sous la main pour comprendre, le GIEC leur fait même des résumés pour décideurs (Summary for Policymakers) mais je crois qu’ils feraient mieux de leur envoyer des cahiers à colorier, quand il s’agit de sciences, le politique a tendance à disparaître.

Véridique, faites le test comme moi, dans une lettre, interpellez vos politiques locaux sur la question scientifique de l’environnement et dans une autre sur une question à la con d’insécurité ou de crottes de chiens dans la rue et regardez laquelle obtient une réponse. Soit ils vous ignoreront afin d’éviter de rentrer dans un débat qu’ils savent perdu d’avance, soit ils vous attaqueront directement sur la personne plutôt que sur le fond. C’est ce qui est en train de se passer avec Greta Thunberg.

Greta Thunberg qui était encensée par nos politiques lorsqu’elle a commencé à tirer la sonnette d’alarme, maintenant qu’elle désigne clairement les responsables en s’appuyant sur des faits scientifiques, politiques et médias mainstreams la torpillent sans ménagement​5​.​​ Et vu que sur le fond, ils n’avaient rien à dire, ils l’ont attaquée personnellement, la traitant de folle, de gamine décérébrée, allant même jusqu’à comparer le mouvement de la jeunesse écolo aux jeunesses hitlériennes, oui oui ! Et un bon point Godwin, un de plus !

Oui, ces mêmes politiques qui n’hésitent pas à verser des larmes de crocodile durant les commémorations nationales concernant les tragédies de la Première et Seconde Guerre mondiale, pour être sur la photo de la presse locale. Ceux-là même osent nous sortir de telles idioties plutôt que de s’occuper du fond. Pourtant, si rien n’est fait, il n’est pas fou d’envisager qu’il y ait dans quelques décennies des masses aussi importantes de décès et de Français sur les routes pour fuir les conflits et la famine. “How dare you ?” comme Greta a pu le dire, comment osez vous ?

Il n’y a pas que le climat

J’ai parlé ici principalement du réchauffement climatique, mais bien d’autres choses sont tout aussi inquiétantes concernant notre environnement. Les informations concernant la disparition des espèces , l’annihilation des espèces tombent tous les jours et cette année 2019 nous a montré les limites du système agricole prôné par la FNSEA.
La productivité des sols morts (remplis de pesticides, d’engrais et sans couverts végétaux) a chuté drastiquement avec les fortes chaleurs comme l’annonçait une étude de 2009​6​, dès 29-30°C, ils annonçaient une baisse de 30 à 83 % pour le blé et le soja ! On devrait avoir dans peu de temps le bilan de la production agricole de cet été, mais ça ne sent pas bon. Et lorsque les agriculteurs sont arrivés à produire un peu, les récoltes ont été interdites temporairement par les préfets dans plusieurs départements tellement les risques d’incendie étaient importants. Quand ce n’est pas des interdictions définitives comme avec l’incendie de Lubrizol​7​ rendant impropre à la consommation les productions agricoles. Lubrizol, cette entreprise classée Ceveso qui a bénéficié comme d’autre de cadeau de Macron comme la réduction des études d’impacts sur l’environnement. Les enquêtes sont en cours, nous verrons bien quels sont les responsables désignés, en attendant les Rouennais en chient sévère.

Alors, vous allez me dire que je vous dépeins ici un tableau apocalyptique (au sens usuel), certes, mais cette apocalypse (au sens étymologique) est souhaitable selon moi. Pour rappel, « apocalypse » est la transcription d’un terme grec (apokálupsis) signifiant « dévoilement » ou, sous un aspect religieux, « révélation »​8​​.
C’est en se cassant la figure que la laideur de ce système va être mis en lumière, à ce moment-là, la masse n’aura plus d’autre choix que d’ouvrir les yeux et d’arrêter de faire le mouton.

En conclusion, comme je le supposais, les mouvements des gilets jaunes et ceux des écologistes sont en train de converger, et c’est une très bonne chose. Il est probable que ces mouvements végètent encore quelques semaines, le temps de se coordonner, le temps qu’il y ait une nouvelle étincelle. Et cette étincelle pourrait bien être la crise financière. Comment les Français vont tolérer que notre Président, ancien banquier et ancien ministre de l’Économie de surcroît, n’est rien fait pour nous protéger de ce désastre ? Les politiques actuels sont totalement illégitimes, pour certains élus grâce à moins d’1 % des inscrits sur les listes électorales. À ce moment-là, il faudra les foutre dehors et exiger des élections anticipées afin de gagner à nouveau un peu de représentativité.

A regarder sur le sujet


  1. 1.
    «Les banques européennes restent vulnérables». LeTemps. https://www.letemps.ch/economie/banques-europeennes-restent-vulnerables.
  2. 2.
  3. 3.
    Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF. Reporterre.net. https://reporterre.net/Forets-publiques-l-Etat-reflechit-au-demantelement-de-l-ONF.
  4. 4.
    ROUTES NATIONALES, LE RAPPORT CACHÉ . F. Ruffin. https://www.youtube.com/watch?v=6iaD6EO3XDc.
  5. 5.
    GRETA FAIT LA PESTE, LAREM RETOURNE SA VESTE ! . Je suis pas content. https://youtu.be/rv-Qu2ZGi9o?t=101.
  6. 6.
    Schlenker W, Roberts M. Nonlinear temperature effects indicate severe damages to U.S. crop yields under climate change. Proc Natl Acad Sci U S A. 2009;106(37):15594-15598. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19717432.
  7. 7.
  8. 8.

2 réponses sur “Dans ce monde où rien ne va plus !”

  1. Coucou Alex,
    Dernier scandale à venir. …”Lafarge” et le séisme au Theil ! Je suis sûre que c’est du lourd……!
    Concernant l’apocalypse, tout à fait d’accord avec toi, fin d’une 5ème civilisation (si je ne me trompe), il va donc falloir trier le bon grain de l’ivraie. ….reste à savoir pour chacun, où va t’on se placer ?!
    Ha ha…..that is question !
    Comment on dit déjà ? Hasta luego ?! 👋

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *