Austérité : hier la Grèce, aujourd’hui la France ?!

En 2010, dans un climat de panique financière qui menaçait les banques européennes, une cure d’austérité similaire à ce que l’on connaît en France en ce moment à été imposée. 10 ans après, quels enseignements en tirer pour notre pays ?

Certes les paramètres de départs ne sont pas les même entre Grèce et France. Cependant, il peut être intéressant de regarder la Grèce comme un laboratoire où à été expérimenté une cure d’austérité et quelles en ont été les conséquences.

Les grincheux néo-libéraux, je vous vois venir, ” comment oses-tu comparer ces deux pays, c’est comme si tu compares des choux et des carottes”. Ah bon ? Voyons voir.

Dix ans de “cure” pour la Grèce

Regardons un peu les principaux choix stratégiques imposés par l’UE à la Grèce censés remettre celle-ci sur les rails de la croissance.

  1. Flexibilisation du travail
  2. Réductions des dépenses sociales (Education, santé, prévention, associations,…)
  3. Coupe nette sur le chômage et les minima sociaux
  4. Réduction de fonctionnaires, Réduction et fermeture de services publics
  5. Privatisation massive des biens publics (aéroports, ports, immobilier,…)
  6. Réforme drastique des retraites

Alors ça ne vous rappelle toujours rien ? D’après vous, la Grèce se porte elle mieux après ce régime spécial ?

  • Le PIB a chuté de 38.5% entre 2008 et 2018, il est passé de 354.5 à 218 milliards de dollars ​1​
  • Le coefficient de GINI nous montre que les inégalités entre riche et pauvres ont explosé, passant de 33.6 en 2008 à 36 % en 2015​2​. Il serait maintenant au dessus de 37%.
  • Une étude de la Banque de Grèce (juillet 2017) indique que les ménages grecs ont perdu 26% de leurs revenus et 37,5% de leurs avoirs depuis 2008​3​.
  • Réforme des retraites qui ont baissé de 291 € en sept ans (2009-2016)​1​ et ça continue !
  • Fuite des cerveaux de la Grèce, EX : entre 2008 et 2018, plus de 500 000 Grecs âgés de 25 à 39 ans ont quitté leur pays, 18000 médecins auraient aussi quitté le pays.

Ce que j’en comprends, c’est que la Grèce produit moins de richesse qu’avant, elle a de moins en moins de jeunes qui cotisent pour le fonctionnement du pays et de plus en plus de retraités qui touchent toujours moins. Le serpent qui se mort la queue, la croissance ne peut repartir, le pays coule alors que pourtant les Grecs les plus aisés gagnent plus d’argent.

En transférant plus de richesses vers les plus aisés, on n’améliore visiblement pas la santé d’un pays, au contraire. Les classes les plus pauvres n’ont pas les moyens de réduire leurs dépenses, tout repart aussi vite dans l’économie réelle. A contrario, les plus aisés spéculent, achètent à l’étranger, quand ils ne pratiquent pas l’évasion fiscale, leur sport favori !

Et la France ?

Alors que le taux de pauvreté en France était plutôt stable à 14 % depuis 2014, il passerait à 14,7 % en 2018 d’après l’INSEE. ​4​ Une grosse partie de cette augmentation (0.5 pt) serait imputable à la baisse des APL. Ce taux devrait continuer à augmenter, en effet, la réforme du chômage déjà mise en place va pousser toujours plus de Français vers la précarité et cela ne s’arrangera pas avec la réforme des retraites qui arrive.

Macron a pris un maximum d’argent aux plus démunis prétextant que “ça coûte un pognon de dingue” et que cet argent serait mieux utilisé en rendant plus compétitives les entreprises grâce à des baisses de charges.

Baisser la fiscalité des entreprises lorsque ça profite aux PME peut effectivement relancer l’emploi. Les PME ont actuellement des moyens limité alors qu’elles ont besoin de recruter pour se développer. Ce n’est pas le cas des grandes entreprises qui elles, sont en sureffectif en grosse partie à cause des évolutions technologiques et des délocalisations possibles.

Lorsque les dispositifs sont sciemment pensés​5​ pour profiter majoritairement aux multinationales (CICE, CIR, …) celles-ci continuent à réduire leur personnel et à distribuer toujours plus de dividendes aux actionnaires​6​. Tout cela se faisant aux dépens des Français les plus démunis.

Cela ne date pas d’hier, bien que Macron aura été le plus brutal dans ces reformes, PS & LR ont eux aussi opéré le même type de politique de transfert de richesse.

“En même temps”, il suffit de regarder qui ont financé leurs campagnes présidentielles, …
À bon entendeur

  1. 1.
    GDP (current US$). worldbank.org. data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.CD.
  2. 2.
  3. 3.
    Enquête IME GSEVEE – Décembre 2017 – Stabilisation de l’économie et de la consommation avec de faibles attentes pour l’avenir. gsevee.gr. https://www.gsevee.gr/deltiatupou/884-eisodima-dec2017.
  4. 4.
    En 2018, les inégalités et le taux de pauvreté augmenteraient. Insee. https://www.insee.fr/fr/statistiques/4231288.
  5. 5.
    Qui profite de nos impôts ? Cash Investigation. https://www.youtube.com/watch?v=D7igzdQjBgY.
  6. 6.
    Soupçonné d’avoir détourné le CICE, Carrefour assigné en justice. leparisien.fr. http://www.leparisien.fr/economie/soupconne-d-avoir-detourne-le-cice-carrefour-assigne-en-justice-17-10-2019-8175126.php.

Une réponse sur “Austérité : hier la Grèce, aujourd’hui la France ?!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *