Violences policières & répression des manifestations

Deux enquêtes du journal Le Monde publiées à 4 jours d’intervalle par des journalistes différents confirment les affirmations des manifestants qui étaient mises sous le tapis depuis un an maintenant.

Petite parenthèse concernant Le Monde avant de revenir à nos moutons, depuis quelques jours, je sens un revirement dans la ligne éditoriale de certains journaux (Le Monde, le Parisien,…), à voir si elle se confirme. Il semblerait que concernant les manifestations le traitement médiatique soit un peu moins déséquilibré. Le couple Niel/Arnault serait-il en train de lâcher Macron? Est-ce en lien avec la création du conseil de déontologie journalistique​1​ ou avec le droit d’agrément signé le 23 septembre​2​ qui donne plus de pouvoir au pôle d’indépendance du groupe Le Monde ? Affaire à suivre, …

La répression des manifestations

La première enquête concerne la journée du 8 décembre 2018​3​ où 126 personnes sont blessées à Paris durant l’acte IV des Gilets Jaunes.

On y apprend principalement le changement de doctrine qui passe d’une simple gestion de manifestation à une technique qui rappelle énormément la doctrine américaine Shock and Awe (choc et effroi) . Cette méthode est basée sur l’écrasement de l’adversaire à travers l’emploi de moyens et de forces spectaculaires pour paralyser la perception du champ de bataille par l’adversaire et annihiler sa volonté de combattre.

Ce changement d’approche sera confirmé et renforcé avec l’arrivée de Didier Lallement à la préfecture de police quelques mois plus tard qui montera encore d’un cran la répression.

Les forces de l’ordre procédèrent ce 8 décembre 2018 à un nombre considérable d’arrestations sans motif valable dès l’arrivée des cars de manifestants inondant les commissariats de simples manifestants non-violents de l’aveu même d’un policier.

« On a saturé les services avec un millier de gardes à vue et on a raté des vrais dossiers. Il y a eu énormément de classements sans suite parce qu’on ne pouvait pas suivre »​3​

Pour ceux pas encore enfermés, les ordres ayant pour but de dissuader de manifester étaient tout aussi clairs.

« Vous pouvez y aller franchement, allez-y franchement, n’hésitez pas à percuter ceux qui sont à votre contact, à proximité… Ça fera réfléchir les suivants »​3​

peloton de voltigeurs motoportés des années 80

Ce même jour où l’on commence à voir à l’œuvre les brigades de répression de l’action violente motorisée (BRAV-M) qui rappellent — que trop — le peloton de voltigeurs motoportés qui sera fatal à Malik Oussekine le 6 décembre 1986.

Violences policières

Nouvelles investigations, publiées ce 11 décembre 2019, cette enquête vidéo​4​ se concentre sur les méthodes récurrentes & non-réglementaires de la police qui ont coûté un œil à un « gilet jaune » le 16 novembre sur la place d’Italie à Paris. Des pratiques elles aussi dénoncées par les Gilets Jaunes depuis un an maintenant et qui jusqu’à présent avaient peu d’écho dans les média, à savoir :

  • L’utilisation non-réglementaire des armes de guerre utilisées (grenades, LBD, ..).
  • Le nassage avec interdiction de s’extraire de la manifestation avant même son début qui provoque inévitablement des affrontements violents.
  • Les pompiers reçoivent des projectiles à cause des forces de l’ordre qui se positionnent à proximité, les mettant en danger.

Des pompiers pris à partie

Fakenews quotidiennes sur FranceInfo (Plombier LREM & co,…)

Concernant les pompiers, je tiens à revenir plus en détail dessus, car beaucoup de médias ont titré comme FranceInfo l’ORTF que les pompiers étaient directement & systématiquement visés durant leur opération. Des affirmations reprises en cœur par les pro-LREM & co.
La vidéo de l’enquête prouve le contraire. En effet le recoupement des vidéos des manifestants à permis d’établir clairement que c’étaient les CRS placés boulevard Vincent Auriol qui avaient ordre d’empêcher les manifestants d’évacuer qui étaient visés, pas les pompiers! Les pompiers reçurent des projectiles uniquement lorsque le commandant de cette division de CRS donna l’ordre de charger. Mettant en danger les pompiers pris en étau. On pouvait constater ce même phénomène à un autre moment de la journée où les pompiers voulaient intervenir sur un feu de palette, les manifestants essayant de les persuader de le laisser brûler. Les projectiles, là aussi, sont arrivés de façon synchronisés avec les CRS venus prêter main forte aux pompiers.

Un commandement dangereux

Hélas, l’enquête du Monde ne révèle pas depuis quand, mais confirme la volonté d’empêcher les manifestants pacifiques de quitter la place d’Italie. Pourtant, sur les réseaux sociaux, les témoignages de manifestants qui se plaignaient déjà d’être empêché d’évacuer bien avant midi sont très nombreux. L’enquête semble se focaliser sur les dérapages personnels des forces de l’ordre et pas sur le commandement. C’est pourtant selon moi le plus important, les ordres inacceptables qui sont donnés, pas l’exécutant épuisé qui a commis une erreur, espérons un prochain dossier sur cette question, …

Cette reconstitution vidéo confirme les utilisations non-réglementaires, et récurrentes, des armes de guerre utilisées, notamment ici le lanceur de grenade Cougar qui coûtera l’œil d’un Gilet Jaune pacifique qui cherchait à se mettre à l’abri.

le 5 décembre à Nantes, devant le Château des Ducs

La semaine avant ce drame, à Nantes, un CRS avait été photographié avec un lance grenade Cougar à l’envers, technique illégale rendant le tir tendu plus efficace et qui peu être létale à une telle distance.

Ce genre de propos tenus par le commandement le 8 décembre sont inacceptables, je les dénonçaient dans mon précédent billet concernant le préfet Didier Lallement. Ils vont mener à une guerre civile et amènent déjà à des menaces de représailles​5​. Jusqu’au jour, où …

Et ne comptez pas sur nos représentants aveyronnais — pourtant régulièrement sollicités par des acteurs locaux (syndicats, Gilets Jaunes et simples citoyens) — qui visiblement ne sont pas pressés de dénoncer tout ça pour apaiser la situation !

Certainement un mal pour un bien, la consanguinité​6​ de nos élites — totalement déconnectées du terrain et des mutations socioécologiques que traverse notre pays — ne fait que se révéler de jour en jour au niveau national comme au plus local.

  1. 1.
    Une vingtaine de rédactions refusent de participer au Conseil de déontologie journalistique  En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/68436-vingtaine-redactions-refusent-participer-conseil-deontologique-journalistique. RT France. https://francais.rt.com/france/68436-vingtaine-redactions-refusent-participer-conseil-deontologique-journalistique.
  2. 2.
    Niel et Pigasse signent un droit d’agrément renforçant l’indépendance éditoriale du groupe Le Monde. NouvelObs. https://www.nouvelobs.com/societe/20190923.OBS18831/niel-et-pigasse-signent-un-droit-d-agrement-renforcant-l-independance-editoriale-du-groupe-le-monde.html.
  3. 3.
  4. 4.
  5. 5.
    Un agent de la BAC découvre une flopée d’insultes taguées sur la porte de son domicile – photo. Sputniknews. https://fr.sputniknews.com/france/201912081042562765-un-agent-de-la-bac-decouvre-une-flopee-dinsultes-taguees-sur-la-porte-de-son-domicile—photo/.
  6. 6.
    Anne-Catherine W. Des élites consanguines. constructif.fr. http://www.constructif.fr/bibliotheque/2006-6/des-elites-consanguines.html?item_id=2699.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *